Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Fabrice CHAUDIER

Le blog de Fabrice CHAUDIER

Vins, commerce & marketing - nemesis-fc.fr


Ce qu'il faut faire en Chine

Publié par Fabrice CHAUDIER sur 19 Décembre 2013, 15:09pm

L'évolution du marché chinois peut se résumer en une sorte de mouvement de ciseaux :

-les opportunités de ventes qui prévalaient au début de l'essor du marché (volumes par containers à tous les prix, peu de sélection produit ou qualité) ont tendance à chuter face à l'effondrement des perspectives spéculatives (possibilités de taxe, raréfaction des ligne de crédits, ...) ;

-la croissance du marché réel de consommation (de l'ordre de 7% par an) soutenue mais raisonnable, peut se comparer à celle de tous les marchés nouveaux : elle apporte des garanties de potentiel et de pérennité mais porte en elle, une hausse des exigences vis-à-vis du produit : compréhension du vin (à quoi il sert), prix juste et sans excès, recherche de qualité (éducation au goût) et du choix (arrivée des espagnols et des australiens) qui aiguisent la concurrence.

Cet "assainissement" présente un risque pour les vins français (en particulier de Bordeaux), initiateurs du marché, leader d'image mais incapables de le raisonner, de ne pas tomber dans d'habituels travers constatés sur tous les nouveaux marchés au fil des ans (vendre n'importe quoi à n'importe quel prix, laisser des marges disproportionnées, ...).

Certains producteurs précurseurs ont senti ce changement et s'y adaptent en s'appliquant à fournir le marché de consommation donc à maîtriser leur circuit de distribution.

Christian Boissonneau par exemple, a créé avec un investisseur chinois un parc de caves à son nom.

Ce qu'il faut faire en Chine

Il apporte son nom, sa marque, son identité de producteur, ses vins qui fondent l'enseigne des magasins...

Ce qu'il faut faire en Chine

...l'associé fournit les capitaux pour offrir un accueil irréprochable ...

Ce qu'il faut faire en Chine

... et ainsi se constitue un débouché fiable qui suit la croissance de la consommation (de 6.000 à 60.000 cols fournis en deux ans). Une trentaine de points de vente sont ouverts et la progression du parc semble aujourd'hui sans limite.

Se rapprocher de ce modèle sans obligatoirement intégrer la distribution, revient à accepter de se passer de "coups" juteux à court terme et dangereux dans le temps (engorgement du marché, perte de la confiances des opérateurs locaux,...) pour investir le réel.

 

http://www.bvbchina.com

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents